S’appuyer sur un robot-compagnon pour faciliter la communication entre patients et soignants et optimiser les soins, tel est le projet expérimental porté par la Fondation Jacques Chirac.

Depuis plus de 40 ans, la Fondation Jacques Chirac accompagne les personnes handicapées à travers la gestion d'établissements et de services personnalisés. Ses établissements de Corrèze et du Puy-de-Dôme vont tester un robot compagnon pour favoriser la stimulation cognitive et les sens, faciliter les soins et servir d’outil d’intermédiation à la relation entre le personnel soignant et les résidents en situation de handicap cognitif. Par exemple, chaque matin, lorsque le résident et Mwoo passent à côté de la salle de bain (où se situe une image codée), le robot affiche sur son écran une image indiquant qu’il faut se brosser les dents. L’image peut s’accompagner d’un message vocal préenregistré. Mwoo peut également aider à préparer le patient à la réalisation d’un soin (apaisement du stress), notamment par la diffusion de vidéos illustratives commentées par un soignant. Si, aujourd’hui, la communication se fait essentiellement depuis le robot vers le résident, les possibilités de communication du patient vers ses interlocuteurs sont intégrées dans le programme de développement des fonctionnalités de Mwoo.
Pour le moment, ce robot permet aux patients, dans l’incapacité de verbaliser ,de partager des émotions grâce à ses capteurs. Ainsi, le résident peut toucher l’une ou l’autre des zones du robot pour indiquer un état émotionnel (content, pas content). La zone de contact choisie génère un changement de couleur sur Mwoo. À l’avenir, Mwoo intègrera un chatbot pour que les utilisateurs puissent converser de manière ludique avec leur robot. En phase pilote, Mwoo sera proposé à 10 résidents dans l’incapacité de verbaliser. La Fondation a choisi de financer l’achat de robots.