Selon une étude, près d’un tiers des personnes sans logement souffrirait de « troubles psychiatriques sévères » et pourtant, les dispositifs d’évaluation, d’orientation et de prise en charge des troubles psychiatriques pour ces personnes sans-abri sont insuffisants. Le projet EMEOS (Equipe Mobile d’Evaluation et d’Orientation Sanitaire), porté par le Samusocial de Paris est né de ce constat et de la rencontre entre les savoir-faire médico-sociaux développés par le Samusocial de Paris et ceux du Groupement Hospitalier Universitaire Paris Psychiatrie et Neurosciences en santé mentale (GHU).

Le principe est celui de « l’aller vers » les publics les plus éloignés et fortement précarisés, méconnus des structures et dispositifs de droit commun. L’équipe mobilisée sera composée d’un médecin psychiatre (consultations, déplacements en maraude sur signalement, coordination des parcours de soins, développement du réseau de soins), ainsi que trois infirmiers (bilans somatiques et psychiatriques, soins de rue à la marge en favorisant un lien de confiance pour ramener dans le système de santé).
Elle réalisera des interventions sur sollicitation des équipes sociales, dans la rue suite à des signalements et en appui des équipes de maraudes partenaires et dans les structures de prise en charge à la nuitée qui accueillent les publics les plus exclus.
Des orientations et accompagnements vers les structures de soins de droit commun seront effectués pour assurer la continuité et la cohérence de la prise en charge.
Pour 2019, l’association prévoit de toucher 600 personnes avec son dispositif, à partir du printemps 2019.
La Fondation accompagne le démarrage de cette action.